Philosophie


Nous ne résoudrons le chômage que par la guerre ou la philosophie

(Publié dans La Croix le 2 septembre 1998)

         Mon propos n'est pas d'analyser comment la guerre résout le problème du chômage. D'autres s'y sont employés et l'évidence est malheureusement là pour ceux qui en douterait. Mon choix se porte plus sur l'autre voie, celle de la philosophie, qui est souvent moins sanglante, jamais moins dérangeante.
         Elle ne se satisfait pas d'attendre en s'évadant, le désastre que tout le monde pressent sans bien se l'expliquer. Aux hommes politiques les fastes des pas de deux majorité opposition, à la philosophie le soin de proposer des réflexions. Lire la suite...


La richesse

         La richesse n'est qu'un regard. C'est la forme agréable de la possession mais ce n'est pas la seule. On peut posséder aussi un embarras ou un déchet qui sont des formes moins plaisantes de l'avoir. Comment distinguer les différentes formes de propriété, une richesse, d'un déchet ou d'un embarras si c'est objectivement la même chose? Lire la suite...


La violence

         La violence est à l'école, dans le métro, dans les stades et les banlieues. Nous la sentons monter inéluctablement. Est-elle l'oeuvre de "sauvageons" qu'il va falloir apprivoiser, tenir ou mater, selon les sensibilités politiques? Ou bien y a-t-il un vrai risque que cela soit beaucoup plus préoccupant? Lire la suite...


Le travail

         Le travail nous range et nous dérange. D'un côté le supplice du triple pal, le tripallium, a donné son nom à ces pinces abominables, les travailles, qui au moyen âge "travaillaient" les suppliciés. Le travail est au fond de nous-mêmes, tapi dans notre inconscient, le mal nécessaire. "Tu enfanteras dans la douleur" et "tu gagneras ton pain à la sueur de ton front" sont les deux symboles du paradis perdu. Lire la suite...


J'ai fait un rêve

         J'ai fait un rêve où la classe politique nous expliquait que la liberté n'était pas de faire ce que nous voulons, où nous le voulons, quand nous le voulons, mais d'être esclave de nos propres choix, que chaque être peut décider lui-même des efforts à faire mais qu'il est tenu par ses propres décisions.
         J'ai fait un rêve où la classe politique nous expliquait que l'égalité n'était pas l'identité ou le nivellement des êtres mais le fait que chacun est à la fois supérieur et inférieur à tout autre homme, que nous sommes tous différents et tous respectables. Lire la suite...


Réflexion sur un triangle

         Etre, agir et échanger. Echanger vrai, nourri par la perception, être vrai, nourri par le discernement, agir vrai, nourri par la volonté, se constater du niveau du plus mauvais des trois, voilà la structure de ce triangle. Il est par définition équilatéral quand il est vrai et nous sommes du niveau du plus mauvais des trois.
         Lire la suite...


Le mensonge

         Nous avons appris que le mensonge était mal. Mais malheur à celui qui en déduirait qu'un résistant devait donc dire toute la vérité à la Gestapo qui l'interrogeait!
         Pour comprendre cette contradiction apparente, il faut réaliser que tout mensonge est sous-tendu par une peur et que le regard que l'on a sur cette peur, entraîne le regard que l'on porte sur le mensonge qui s'en déduit. Lire la suite...


Médias et enfantillages

         Les enfants colorient sur des dessins préimprimés. Il sont convaincus d’avoir fait un beau dessin et les adultes regardent d’un œil amusé ce qu’ils croient n’être que du coloriage.
         Par manque de temps paraît-il, les radios et les télévisions ne nous proposent habituellement que des canevas quel que soit le sujet traité. Elles y rajoutent toujours une dose d’affectif pour capter notre attention, pour nous captiver. Sur ce canevas, nous projetons notre vécu, nos connaissances et nos expériences. Nous voyons et entendons tous des choses différentes, mais nous sommes tous sûrs de l’avoir vu et entendu.
         Dommage que nous ayons perdu notre âme d’enfant ! Nous saurions que c’est notre création et non la vérité.


Le référent et le quotidien

         Un groupe a toujours une raison d’être, une loi plus ou moins explicite qui lui donne sa cohésion, un roc auquel on se réfère et qui éclaire au quotidien l’échange des êtres, l’apport par chacun de sa personnalité, le don de soi et l’accueil des autres. Mais cette raison d’être du groupe, ce référent, se confond trop facilement avec son utilisation, son application quotidienne alors qu’il ne devrait que se superposer. Lire la suite...


Egalité fondamentale des hommes
et des femmes

         La complémentarité – qui est l’essence même de l’amour, de la vie, de la croissance, mais qui nécessite de nous appuyer les uns sur la solidité des autres et réciproquement, sans pour autant ignorer nos faiblesses à tous – laisse de plus en plus la place à la recherche de l’identité, mot terriblement ambigu qui véhicule à la fois la recherche de soi-même et le refus d’être différent des autres. Il n’est pas neutre que la phrase " je cherche mon identité " puisse s’entendre simultanément comme la question " qui suis-je ? " et comme la réponse " identique aux autres ". Lire la suite...


Jalons sur le chemin

         Tout est temps, espace et énergie. Rien n’est extérieur à ces trois notions, à ces trois principes que les Grecs appelaient Chronos, Chaos et Eros et desquels naquirent les dieux. Le temps, l’espace et l’énergie préexistent tous les trois aux dieux et dépassent évidemment nos limites. L’acceptation de nos limites est d’ailleurs en elle-même, reconnaissance de ce qui est au delà, c’est-à-dire l’illimité. Lire la suite...


Le bateau coule

         A l'annonce froide et objective de l'imminence du désastre, nos réactions nous révèlent à nous-mêmes, dans nos héroïsmes et nos médiocrités, rarement dans notre efficacité.
         Lire la suite...


De Delphes au Colisée, du stade au cirque.

         Se déporter" ou "se desporter" voulait dire en ancien français s'amuser, et avec "conter fleurette" et quelques autres, ces mots sont partis en Angleterre pour nous revenir sous formes britannisées de flirt et de sport. Lire la suite...